La pilule du lendemain un droit de la femme

droits-des-femmes2

 

Qu’est ce que la pilule du lendemain ?
La pilule du lendemain est une contraception d’urgence hormonale. Présentée sous la forme d’un comprimé unique, elle est à prendre le plus tôt possible après le rapport non protégé (de 3 jours à 5 jours après). Plus elle sera prise tôt, plus son efficacité sera grande.
Il existe deux contraceptions d’urgence hormonales :
– LEVONORGESTREL 1,5mg / NORLEVO – 1 comprimé (coût environ 7,41€)
– ELLAONE 30 mg – 1 comprimé (coût environ 18,88€)

Où la trouve t-on ?
« Norlevo peut être délivrée gratuitement aux mineures, de manière anonyme, dans les pharmacies, les centres de planifications publics (hôpital) ou privés (Planning familial) et dans les infirmeries scolaires (collèges et lycées). Note : le refus de délivrance de Norlevo par un pharmacien est illégal. »

 Comment fonctionne t-elle ?
Contrairement à ce que l’on pense, la contraception d’urgence n’est pas abortive, c’est à dire qu’elle ne fonctionnera pas si la grossesse est déjà en cours, elle agit uniquement en retardant l’ovulation.

Y a t-il des effets secondaires ?
« Norlevo ne provoque aucun effet secondaire grave ; Norlevo n’a donc aucune contre-indication (autrement dit : toute femme peut la prendre). Il arrive que certaines femmes aient des saignements (évoquant des règles, mais qui ne sont pas les règles naturelles de la femmes), dans les 5 à 10 jours qui suivent la prise de la contraception d’urgence, d’autres symptômes sont possibles dans les 2 ou 3 jours suivant la prise, mais ils sont peu fréquents et peu importants : nausées (20 % des cas), vomissements (5 % des cas), fatigue (20 % des cas), maux de ventre (15 à 20 % des cas), maux de tête (15 à 20 % des cas), vertiges (10 à 15 % des cas), gonflement des seins (10 à 15 % des cas) et de spotting (petits saignements vaginaux, dans moins de 5 % des cas).« 

Je viens de prendre ma contraception d’urgence, que faut-il que je fasse ensuite ?
« La contraception d’urgence hormonale ne protège que du rapport qui a eu lieu avant la prise du comprimé. Elle ne protège pas des rapports qui ont lieu après. Il est donc recommandé d’utiliser des préservatifs jusqu’au retour des prochaines règles et ce, quel que soit le produit utilisé (lévonorgestrel ou ulipristal acétate).

Si vous avez utilisé la contraception d’urgence à la suite d’un oubli de pilule contraceptive, il est indispensable de ne pas interrompre votre contraception habituelle. Toutefois, celle-ci ne vous protège plus totalement pour le cycle en cours. Il faut donc utiliser, en complément des préservatifs, à chaque rapport sexuel jusqu’aux règles suivantes.

– En cas de retard de règles de 5 à 7 jours, il est conseillé de faire un test de grossesse. Pour cela, vous pouvez obtenir un test urinaire directement en pharmacie ou vous faire prescrire une prise de sang par votre généraliste, votre gynécologue ou votre sage-femme. Les CPEF fournissent des tests gratuits pour les mineures et non assurées sociales.

– Faites un test des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) si vous n’avez pas fait de test avec votre partenaire. La contraception d’urgence ne protège pas des IST. Pour cela, consultez votre médecin ou votre sage-femme, ou rendez-vous dans certains centres spécialisés : les CDAG (Consultations de Dépistage Anonyme et Gratuit), les CIDDIST (Centres d’Information, de Dépistage et de Diagnostic des IST) et les CPEF (Centres de Planification et d’éducation Familiale). »

Que les pharmaciens gagnent -ils à ne pas vendre cette pilule ?
Ils n’y gagnent rien mais enlèvent à la femme le droit à disposer de son propre corps.

Sources : Choisir sa contraception, Winckler’s Webzine

Image Via

Vidéo Via



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.