Agression dans le métro

688918–

D’après un sondage réalisé par l’institut YouGov auprès de 6 300 personnes, 8 Parisiennes sur 10 pensent que personne ne les aiderait en cas d’agression dans le métro.

688912-paris-03.jpg

688910-paris-04.jpg

Alors quelle attitude pouvons-nous avoir afin de nous sentir en sécurité ?

En tant que femme, il m’est aussi arrivé de ne pas me sentir bien dans le métro. Je me souviens avoir parcouru toute une ligne jusqu’à son terminus en étant méfiante de tout ce qui m’entourait. Et ce, pour plusieurs raisons :
– D’abord je n’étais jamais allée à cet endroit (mon niveau de vigilance était encore au stade de curiosité et repérage des stations de métro inconnues)
– J’étais habillée pour un premier jour de travail (tailleur et escarpins)
– Et un téléphone a été arraché juste devant moi sur la sonnerie du métro

L’agression a duré 3 secondes. Je n’ai ni eu le temps de voir le voleur entrer/sortir, ni eu le temps de sortir moi-même pour prévenir le bureau de la RATP.

Par contre j’ai compris une chose.
Plus jamais, pour aller à cet endroit, je m’habillerai de cette façon. Je ne parle pas d’une question de provocation mais d’une question de confort. Je veux pouvoir courir si jamais les choses se passent mal et ne pas réfléchir aux couloirs glissants du métro.
Donc j’ai pris un sac supplémentaire avec mes escarpins que je mettais tous les matins en arrivant et retirais avant de partir.

C’est un peu comme mettre sa ceinture de sécurité avant de partir pour moi. Le but n’est pas de se prendre un platane, mais d’être protégée au cas où.

Cela dit mes Converses ne m’ont pas rassurée pour autant, surtout après mon premier déjeuner avec mes collègues où elles m’ont avoué les unes après les autres s’être fait agresser au moins 1 fois.

J’ai donc changé d’attitude. Non seulement j’étais fermée mais en plus j’étais prête à combattre.
Attention, je n’ai jamais été sure de ma victoire. Mais je savais une chose, si je risquais d’avoir mal, mon agresseur aussi.

Alors pour vous toutes qui avez peur dans les transports en commun, je n’aurai qu’une comparaison : Laisseriez-vous qui que ce soit agresser vos mères, vos soeurs ou vos enfants ?
La réponse est non.
Pourquoi ne pas mettre autant d’ardeur à vous défendre ?

Une astuce que j’ai apprise grâce à mes formateurs de self-défense. Si vous voulez que quelqu’un vienne vous aider, il faut interpeler la personne. Un « Toi là (en pointant du doigt) aide moi ! » est plus efficace qu’un « Aidez-moi ! » où tout le monde va se regarder pour savoir qui va bouger le 1er.

Et n’oubliez pas de tirer l’alarme du métro ! Pour rappel vous trouverez ici un de mes articles où un agent de la RATP explique pourquoi il est nécessaire de tirer l’alarme.

photos via



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre